A l’initiative de l’association e-graine, le programme d’éducation aux migrations “Un Univers Citoyen” déconstruit depuis 3 ans les préjugés les plus courants à l’égard des migrations. Suite aux traumatismes provoqués par les attentats qui se succèdent dans notre pays, notre collectif, composé d’acteurs éducatifs, de chercheurs et d’élus, a ressenti la nécessité de s’exprimer collectivement, au travers d’une tribune dénonçant les amalgames entre immigration, migrants, communautarisme, islam et terrorisme. Cette tribune est parue dans le journal Le Monde le lundi 7 juin 2021.

 

Intentions de la tribune

Qui sommes-nous ?

Un collectif d’acteurs associatifs ou d’organisations engagés dans l’éducation aux migrations, de chercheurs spécialisés dans l’étude des phénomènes migratoires, dans le sillage d’Un Univers Citoyen, programme pluri-acteurs d’éducation aux migrations, impulsé par l’association e-graine. Dans une logique de décloisonnement, nous sommes soutenus dans notre prise de parole par des structures associatives, des organisations de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS), des collectifs d’élus, des chercheurs, qui bien que non spécialistes de la question migratoire sont engagés en faveur de l’inclusion, du lien social, de la lutte contre les préjugés et des discriminations.

Pourquoi prenons-nous la parole aujourd’hui ?

Nous ressentons, suite aux traumatismes provoqués par les attentats qui se succèdent dans notre pays, le besoin de nous exprimer sur le risque que constituent les amalgames entre immigration, migrants, communautarisme, islam et terrorisme : très repris dans les discours politiques et médiatiques, ils constituent de notre point de vue des raccourcis non conformes à la réalité, qui ne permettent pas une prise en compte de la complexité des phénomènes migratoires, ni du terrorisme que nous prétendons combattre. Ces amalgames, à notre sens, sont également un danger pour le vivre ensemble.

Que disons-nous, quel est notre message ?

Le terrorisme est un phénomène global qui ne touche pas que la France (même si celle-ci est une cible emblématique, pour diverses raisons), et ses causes sont évidemment complexes et multiples. Nous ne prétendons pas apporter une réponse “clé en main”, péremptoire et définitive. Cependant, nous sommes intimement convaincus que la pédagogie peut donner à la société une capacité de résilience. La laïcité, la solidarité, une politique d’intégration à la hauteur des enjeux, la lutte contre les discriminations sont bien sûr essentielles. Mais il est également indispensable d’étudier les phénomènes migratoires sereinement, et les chiffres sont éloquents : contrairement aux discours qui propagent des amalgames, les citoyens et citoyennes issus de l’immigration ainsi que tous les migrants présents sur le territoire ne sont pas et ne sont pas destinés à devenir des djihadistes en puissance. L’éducation aux migrations, que nous portons sur le terrain avec des outils toujours plus performants, constitue une voie nouvelle pour que la totalité des citoyens et des populations présentes sur le territoire s’approprie sereinement ces sujets. Notre action commune est donc essentielle par les temps que nous traversons : elle contribuera à rendre notre société plus solide, moins perméable aux idées qui visent à nous diviser et à faire monter la violence.

A qui nous adressons-nous ?

Grand public intéressé ou non sensibilisé à la thématique, décideurs et leaders d’opinion, via une tribune dans le journal Le Monde. La version courte de la tribune est accessible sous ce lien.

Ci-dessous, découvrez la version longue, en exclusivité :

 

 

Et si nos préjugés étaient le véritable ennemi ?

Suite aux chocs successifs des attaques terroristes, et quelques jours après l’hommage rendu à la fonctionnaire de police Stéphanie Montferme, notre société fait face à un traumatisme émotionnel et doute profondément du “modèle français d’intégration”. Inquiets de la diffusion dans les discours politiques et médiatiques de propos qui renforcent les amalgames visant les migrants, considérés comme suspects par nature, nous, acteurs engagés pour l’éducation aux migrations portons une autre approche, basée sur le discernement, la raison et la rencontre des populations. Nous ne sommes pas naïfs, l’usage de la terreur à des fins idéologique, politique ou religieuse ne cessera pas dans l’immédiat, mais pour que la société française puisse traverser ces épreuves douloureuses, elle doit gagner en empathie et permettre la coexistence de tous. C’est précisément ce que vise cette éducation aux migrations.

Un pays en état de choc

Si elle n’est pas la seule cible des terroristes, la France fait bien partie des pays qui payent le plus lourd tribut. Six ans après les attentats de 2015, la France est toujours l’objet d’attaques menées par des fanatiques se revendiquant de l’islam : attaque au couteau devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, assassinat d’un professeur, Samuel Paty, qui avait utilisé des caricatures dans son cours d’instruction civique, assassinat de trois personnes dans la cathédrale de Nice, nouveau meurtre d’une fonctionnaire de police à proximité de son lieu de travail (après ceux de 2016 et 2019).

Les modalités du passage à l’acte et les profils des meurtriers sont certes différents, mais la volonté de punir la France en tant que pays où la liberté d’expression et la laïcité sont les socles du pacte républicain est souvent utilisée comme justification idéologique : ainsi, tous ceux qui par leur profession contribuent à l’organisation de la vie de la Nation sont des cibles. Cette violence vise à nous terroriser, à nous diviser, et nous ne la minimisons pas. Comme toutes les formes d’intégrismes religieux ou politiques, l’idéologie islamiste recherche à anéantir notre capacité à faire société. A chaque fois c’est un même piège qui nous est tendu : celui de réagir avec des politiques perçues comme stigmatisantes et discriminantes, qui fourniront à coup sûr du carburant aux extrémismes de tous bords.

Déconstruire les amalgames est nécessaire

Depuis plusieurs années, la mécanique d’un certain discours politique et médiatique établit un lien systémique entre islam, communautarisme, islamisme, immigration, insécurité et menace terroriste : les dernières enquêtes d’opinion en date illustrent bien à quel point ces discours s’ancrent dans les représentations des français. Cette idée est pourtant démentie par des faits : aucun lien de cause à effet entre ces notions ne peut être démontré. Les phénomènes de radicalisation et de terrorisme sont présentés comme étant massifs, or les indicateurs témoignent que ces raccourcis sont éloignés des réalités :  trois quarts des auteurs d’actes terroristes sont français. Ces individus, aussi dangereux soient-ils, concernent quelques dizaines de personnes au regard des 14 millions de français d’origine immigrée, des 5 millions de musulmans sur notre sol, des milliers de demandeurs ou de bénéficiaires du droit d’asile.

Ces raccourcis constituent également un danger. Sous l’effet du traumatisme collectif, ils renforcent la stigmatisation des migrants, des réfugiés, et de tous ceux qui peuvent être perçus comme “l’autre”. Parce que les auteurs des crimes récents sont étrangers ou descendants d’immigrés et disent agir “au nom de l’Islam”, tous les immigrés, toutes les personnes supposées musulmanes deviendraient suspects ? Succomber à ces peurs, c’est infliger à des populations fragiles une forme de punition collective. La réponse répressive (renforcement des forces aux frontières) produit peu de résultats,  si ce n’est de rendre encore plus dangereuses les routes migratoires. Les appels au Djihad, en libre service sur les réseaux sociaux, se jouent des frontières et la surveillance du web par le biais d’algorithmes ne constituera pas une réponse de fond à la diffusion de cette idéologie, suffisamment malléable et puissante pour être perçue comme un refuge pour des personnalités instables ou fragiles. Enfin, la rhétorique de l’ennemi intérieur peut conduire à suspecter toute personne étrangère ou appartenant à une minorité visible.

Déconstruire ces amalgames mortifères n’est en rien excuser. Nous appelons au contraire à dénoncer l’islamisme et les violences, tout en gardant à l’esprit qu’ils sont aussi le symptôme d’une époque où règnent discriminations, confusion, défiance et infox, où faire entendre des arguments rationnels sur ces sujets est complexe : la faute à des préjugés enracinés, confortés par des discours qui instrumentalisent les faits et les données scientifiques.

Quand nos concitoyens sont tiraillés entre fidélité aux principes d’accueil et peur de ne plus avoir les moyens d’intégrer de nouveaux arrivants, il nous apparaît urgent d’expliquer les migrations comme la recherche d’une “vie meilleure” et de rétablir les conditions d’un “vivre ensemble” dans une société marquée par la diversité des origines et qui le restera : il y a près de 5 millions d’étrangers en France, pour la grande majorité “intégrés”.

L’éducation aux migrations pour favoriser l’émergence d’un regard objectif sur le fait migratoire 

Nous sommes nombreux à pouvoir et vouloir agir en faveur de cette éducation aux migrations.

Nos principes constitutionnels garantissent le droit à l’instruction et à l’enseignement supérieur pour tous, participant activement à l’intégration des migrants par la qualification et l’accès à l’emploi. Ainsi les enseignants font vivre la citoyenneté, la laïcité, et la fraternité. Ils sont malheureusement  insuffisamment soutenus et formés à la pédagogie des valeurs républicaines Il faut renforcer l’École en développant l’enseignement de l’histoire de l’immigration, du fait religieux ; et démocratiser des dispositifs comme “ouvrir l’école aux parents pour la réussite des enfants”, qui propose apprentissage du français, sensibilisation aux valeurs de la société française, et compréhension de l’institution aux parents primo-arrivants.

De leur côté, les chercheurs produisent de nombreux travaux sur le fait migratoire. Le diagnostic existe, et il montre l’abondance de ces recherches. Ces productions nous permettent de dépasser les représentations collectives pour objectiver les phénomènes à l’aide de  données et de statistiques. Nous pensons qu’ils doivent être démocratisés sans instrumentalisation.

L’éducation aux migrations est aussi une donnée de l’action de nombreux élus locaux, en première ligne face à la montée des intolérances, aux prises avec des réalités complexes – accueil des mineurs étrangers et des nouveaux arrivants, logement, lutte contre la ségrégation urbaine et sociale- : or, trente ans de politiques urbaines et sociales inégalitaires ont concentré toutes les difficultés dans certains territoires : un “séparatisme” imposé et subi. Face à ces situations, de nombreuses communes agissent, certaines plaidant pour l’accueil inconditionnel des personnes.

Des initiatives citoyennes, à la croisée de la recherche et des médias se mobilisent pour créer les conditions d’un débat public apaisé en détectant et en contrant les infox relatives aux faits migratoires. L’éducation populaire doit continuer à jouer pleinement son rôle de sensibilisation et de facilitatrice sur le terrain.

La nouveauté dans l’éducation aux migrations est à chercher dans les coopérations entre acteurs d’horizons divers -chercheurs, élus locaux, éducation populaire- convaincus que le développement de l’esprit critique est le socle d’une citoyenneté active. Cette coopération en maturation est prometteuse, à la fois en termes d’innovation et d’impact sociétal. Elle donne lieu à la création de dispositifs pédagogiques variés et immersifs (ateliers, formations, expositions, conférences, etc.), mais reste encore trop souvent confidentielle.

Le terrorisme islamiste vise certes à nous terroriser mais plus encore à nous diviser entre français et étrangers, entre croyants et non-croyants, entre les musulmans et les autres, à ériger un mur entre “eux” et “nous”. Nous ne sommes pas naïfs et ne pensons pas que l’éducation aux migrations constitue une réponse face à la violence djihadiste, ni même que les phénomènes de radicalisation vont s’arrêter à court terme. Éduquer aux migrations, c’est agir  en profondeur afin de retisser des liens et recréer les solidarités indispensables pour agir sur les fragilités de notre société. Si la mobilisation des énergies citoyennes et de tous les acteurs est capable de (ré)activer notre sentiment d’appartenance à une humanité commune, composée de femmes, d’hommes et d’enfants sédentaires ou en situation de mobilité choisie ou forcée, alors nous aurons fait un grand pas vers une société bien plus résiliente et bien moins perméable à tous les obscurantismes.

 

Lise des co-signataires 

Adéa Guillot, Directrice de la Communication de la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme)

Alain Canonne, Délégué Général de Solidarité Laïque

Alice Follenfant, Docteur, enseignante-chercheuse en psychologie, Université de Bordeaux

Catherine Wihtol de Wenden, Directrice de recherche au CNRS (CERI, FNSP, Paris) émérite

Chadia Arab, Chargée de recherche au CNRS, au nom du réseau IDD

Charlotte Boisteau, Consultante, accompagnement des organisations de la société civile et de solidarité internationale

Damien Carême, Président de l’ANVITA (Association nationale des villes et territoires accueillants)

Dragoss Ouedraogo, Anthropologue, cinéaste réalisateur

François Bernard, Réalisateur multimédia, co-directeur ALICECOOP

Henry Masson, Président de La Cimade

Isabelle Rigoni, Maître de conférences en sociologie

Jean Crouzillac, Producteur délégué Faireprod

Julien Mast, Directeur et Fondateur de l’Union des associations e-graine

Léa Villeneuve, Responsable Communication et Mobilisation citoyenne chez e-graine

Ludivine Carpentier, Chargée de projet pédagogique pour Choisis Ta Planète

Mackendie Toupuissant, Président du Forum des Organisations de Solidarité Internationale issues des Migrations (FORIM)

Malik Salemkour, Président de la LDH (Ligue des Droits de l’Homme)

Marie Christine Vergiat, Vice-Présidente de la LDH Députée européenne de 2009 à 2019

Marie José Bernardot, Présidente de Désinfox Migrations ; Autrice de l’ouvrage “Étrangers, immigrés :(re)penser l’intégration”

Marie Rose Moro, Professeur de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent

Mathieu Schneider, Président du réseau MEnS (Migrants dans l’Enseignement Supérieur)

Marie Bodeux, Présidente des Petits Débrouillards IDF

Nathalie Porte, Responsable du programme national “Un Univers Citoyen” d’e-graine

Odile Reveyrand-Coulon, Psychologue clinicienne interculturelle et anthropologue africaniste

Saturnin Agbofoun, Président du Collectif ENTR’ACTION – Responsable Communication & Développement du dispositif MAEVA

Sébastien Fontagneu, expert Plaidoyer

Stéphane Depoilly, Directeur de la CRAJEP IDF (Coordination Régionale des Associations de Jeunesse et d’Education Populaire en Ile-de-France)